Menu

théâtre • festival

FESTIVAL ACTE & FAC

16 > 18 févr. 2021

Festival de la jeune création théâtrale de la Sorbonne Nouvelle // ANNULÉ //

Avec L'Université Sorbonne Nouvelle

En partenariat avec le Théâtre de la Bastille

Acte & Fac est le programme d’accompagnement théâtral de la Sorbonne Nouvelle. Initié en 2013 par le Service d’action culturelle de l’université, il a permis à près de 70 compagnies émergentes de s’inscrire sur le chemin de la professionnalisation. Chaque année, le point d’orgue de ce parcours est un temps de festival, imaginé dès la première édition avec le théâtre de la bastille, qui permet aux compagnies de rencontrer le public et les professionnels du secteur.


En 2021, le festival Acte & Fac aura exceptionnellement lieu au Monfort théâtre qui donnera la chance à plusieurs jeunes projets suivis sur la saison 2019-2020 d’éclore enfin.

 

AU PROGRAMME

Le 16/02


    •    19h30 (cabane) : La nuit des / Collectif te salue
À l’occasion des 456 ans de William Shakespeare, différents événements sont organisés dans le théâtre pour une nuit blanche, afin de (re)découvrir l’œuvre du maître et célébrer ses grands personnages illustres. Mais en coulisses, une révolte se trame. Lassés de ne jamais être sous le feu des projecteurs, les « petits » personnages des pièces shakespeariennes bouleversent le programme de la Nuit. Ces clowns, représentants des personnages anonymes de l’œuvre de Shakespeare, laissés-pour-compte et formés en syndicat, font irruption sur le plateau. Ils viennent faire entendre leur voix et jouer leurs scènes, tout aussi importantes pour eux que celles des grands personnages. La situation dégénère, le sang se met à couler et le fantôme de Shakespeare apparaît pour rétablir l’ordre…

Parrainée par : Monfort Théâtre - Lionel Lingelser 


 
    •    21h (grande salle) : Le 20 novembre / Cie Artère Brûle
Vous êtes convoqués ici, à cette cérémonie funeste. Vous êtes convoqués, et « vous êtes pas innocents ». Le 20 novembre 2006, un adolescent fusille les élèves et professeurs de son lycée en Allemagne. Lars Norén s’en inspire pour écrire un monologue incisif retraçant les dernières pensées de Sebastian, une heure avant la tuerie. Sur scène, trois présences explorent ensemble le point de rupture, moment précis et vacillant où l’être se désolidarise entièrement. Ange déchu et créature manipulant de l’argile, ces personnages projetés ouvrent une brèche poétique de résistance à travers la violence des mots de Sebastian.

Parrainée par: Théâtre de la Cité Internationale - Jeanne Moynot


 
Le 17/02 :


    •    19h30 (cabane) : #Dansern’estpasuncrime / Les humeurs massacrantes
2019. L’Iran s’insurge au féminin. Agir dans l’ombre ? Pas exactement le style du groupe activiste #Dansern’estpasuncrime qui capte la lumière de tous les projecteurs. (Dé)voilées et (A)théistes, ces cinq femmes ont décidé de réécrire le monde selon leurs réelles identités. Elles pensent un XXIÈME siècle à leur image : Réseaux sociaux comme Révolutionnaire, Beauté comme Bataille et Danse comme Désir. Tous les mercredis soirs depuis deux ans à Téhéran, cinq femmes agissent pour répondre à cette question universelle : comment devons-nous nous battre aujourd’hui pour conquérir notre liberté ? #Dansern’estpasuncrime raconte l’histoire d’une lutte contemporaine qui instrumentalise la puissance des images et la liberté du corps pour enclencher une révolution. Le projet s’inspire librement de la jeune iranienne Maedeh Hojabri, arrêtée pour avoir postée des vidéos d’elle dansant, sans hijab, sur Instagram et de Masih Alinejad, journaliste iranienne exilée aux Etats-Unis. Faisant valser les frontières entre fiction et réalité, nous nous interrogeons sur les mécanismes de la désobéissance civile à notre époque. Le spectacle rend ainsi hommage au combat de ces femmes qui, armées leurs différences, comptent bien faire entendre leurs voix.

Parrainée par: Carreau du Temple - Sylvain Riejou


    •    21h (grande salle) : Montrer ses dents  / Cie Ecraser des mouches
Montrer ses dents nous présente trois chasseurs de têtes confinés dans un bureau et chargés de recruter de nouveaux employés. Ce sont des chefs d’entreprises, des directeurs de casting, des chargés de recrutement. Ils sont du
bon côté de l’offre et de la demande. Les personnages ont intégré la violence sociale comme façon de penser le monde. C’est pleins de cette violence, et d’une exigence presque désespérée, qu’ils regardent ceux qui viennent à eux. Quand l’un d’eux se détache du groupe pour trouver une autre façon de vivre, ils se retrouvent confrontés à leur propre vulnérabilité, à leur solitude, à leur besoin de l’autre. Montrer ses dents réunit quatre acteurs-musiciens et un vidéaste pour interroger avec brutalité et humour les rapports de force dans notre société, et dans notre vie amicale et amoureuse. À travers la question de l’entretien d’embauche, et de la brutalité de cet exercice, la pièce pose la question du regard que l’on porte sur l’autre. Dès lors, selon quels critères juge-t-on un inconnu qui se présente à nous? Quels sont les éléments qui vont permettre une rencontre (professionnelle, amoureuse, humaine) ?

Parrainée par: Théâtre de Vanves - Guillermo Pisani


 
Le 18/02 :


    •    19h30 (cabane) : Europe connexion / Collectif La portée
Doté d’un rythme vertigineux et d’images effrayantes de notre monde actuel, Europe Connexion d’Alexandra Badea relate l’histoire d’un lobbyiste de l’industrie agro- alimentaire au parlement européen, qui entend jouer du système pour en gravir les échelons. La pièce dresse le portrait complexe d’un homme de l’ombre, à la fois marionnettiste et marionnette, qui se cache parmi les personnages publics, et les visages visibles de la corruption. Sous une apparence absolument quotidienne et inoffensive – bien sous tout rapport, femme au foyer, enfants bien élevés – se cache un prédateur vorace qui, malgré ses scrupules, ne peut plus s’arrêter dans son chemin de destruction. Le comédien, seul en scène, incarnera toute la dualité de cet homme troublé, cynique et paranoïaque ; qui d’un homme d’affaires rangé et charmant se transforme en un insecte sauvage assoiffé de pouvoir.

Parrainée par: Théâtre de la Tempête - Jean Bechetoille


    •    21h (grande salle) : Office / Le carrelage collectif
Comment faire pour donner du poids à nos propos ? Comment être impactant ? Percutant ? Décisif ? Intense ? Quels outils rhétoriques sont assez forts pour prendre d’assaut un auditoire ? Le rendre
sensible à sa cause ? Autant de questions qui forment un cross-over intriguant entre l’espace du théâtre et celui de la communication. Pour les poser le Carrelage Collectif raconte l’histoire d’Antoine, chômeur récent, qui va voir son quotidien bouleversé par une équipe de communicants qui, en l’aidant à refaire son CV, vont malgré eux le transformer en une figure politique de premier plan. À une époque où le sujet vaut parfois plus que le propos, où engagement rime avec consensus, comment trouver la radicalité ? L’idée de Office n’est pas de critiquer les dynamiques de la communication en sombrant dans le cynisme classique, mais plutôt de s’amuser de ses failles, de ses dérives pour en réinvestir le sens.

Parrainé par: Théâtre de la Cité Internationale - Clément Bondu

production

Les structures partenaires de la 7e édition
Théâtre de l’Aquarium, Atelier de Paris / CDCN
Théâtre de la Bastille
Théâtre de Belleville
Boîte Noire
Carreau du Temple
Centre Paris Anim’ Les Halles le Marais
Théâtre de Chevilly-Larue
Théâtre de la Cité Internationale
Théâtre Dunois, Théâtre El Duende
Festival d’Automne à Paris
Le Grand Parquet-Théâtre Paris Villette
Le Monfort théâtre
Nouveau Théâtre de Montreuil
Le Mouffetard-Théâtre des arts de la marionnette
Péniche la Pop, Prémisses Production
Production FAB (Fabriqué à Belleville)
Théâtre la Reine Blanche-Scène des arts et des sciences
Ruban d’images
Studio Théâtre de Vitry
Théâtre de la Tempête
Théâtre de Vanves

retour à la liste