Menu

théâtre

L'odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux

29 janv. > 16 févr. 2013

Philippe Ulysse

« L'esthétique "scénophonique" autant que scénographique, extrêmement soignée, se jouant du beau et du laid, du sordide et du merveilleux, discipline le pathétique et le transcende. Avec toutes ces qualités réunies, la pièce ne souffre que d'un vertige qu'elle tutoie comme un beau risque assumé, celui de se laisser envahir par un excès de possibles. »

La Terrasse

Une partie du spectacle est interprétée en langue anglaise, surtitrée en français

Outre les textes originaux de Shakespeare, de Philippe Ulysse et de la troupe, le spectacle cite des passages d’oeuvres de : T.S Eliot, F.F. Coppola, S. Alexievitch, F. Pessoa, M. Darwich et I. Bachmann...

La guerre n’est jamais fatale, mais elle est toujours perdue. Ce constat de Gertrude Stein amène Philippe Ulysse à l’oeuvre maîtresse et prolifique de Shakespeare, qui nous convoque à interroger la soif du pouvoir que seul le sang peut épancher. C’est par la co-présence de Macbeth, d’interviews de jeunes soldats ou anciens combattants, de différents emprunts à des auteurs et poètes que le spectacle s’irrigue.
Macbeth est bientôt un soldat brisé ne trouvant plus le repos, un homme terrifié, au visage éclaté, qui ne sait plus comment sortir de sa nuit, et qui s’appuie sur sa femme pour se faire recoudre un visage humain… une figure du soldat d’aujourd’hui dans une époque traversée par les guerres qui ne font plus ni vainqueurs, ni perdants, mais que des victimes.
A travers l’observation (au purgatoire) de Macbeth, dénonçant la violence guerrière et sa folie meurtrière, sorte d’opium de la haine qui pousse les hommes à combattre pour gagner, ce grand poème dramatique nous parle de la nuit, du sommeil et de l’immortalité, comme pour tenter d’exorciser les fantômes qui nous hantent.

biographie

Philippe Ulysse s’est formé en étant notamment l’assistant de Jean-Pierre Vincent, Yves Beaunesne, Laurence Mayor et Nicolas Klotz. Il participe également aux créations de Bruno
Bayen depuis 2003.
Philippe Ulysse collabore régulièrement avec l’actrice Laurence Mayor, qu’il a mise en scène plusieurs fois (Le Prologue de Drame de la vie de Valère Novarina et Les Chemins de Damas d’August Strindberg) et en mars 2012 dans Nietzsche, Zarathoustra et autres textes, à la Maison de la Poésie à Paris (le spectacle sera repris dans ce même théâtre à l’automne 2012).
En 2006, il crée la compagnie Le Bureau de l’intervalle, avec laquelle il entame un travail de transposition pour la scène de textes non- théâtraux (Pessoa, Faulkner, Nietzsche) et met en scène cinq spectacles. Une première étape de travail sur L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux a été présenté au Théâtre National de Chaillot, dans le cadre du festival Anticodes en février 2010 sous le titre Vénus et Éros au purgatoire.

Le titre du spectacle est emprunté à celui du livre de Franck Maubert  L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux. Conversations avec Francis Bacon paru aux Editions Mille et Une Nuits

distribution

conception & mise en scène Philippe Ulysse
assistant à la mise en scène Gaspard Monvoisin
scénographe Philippe Ulysse & Romain Crivellari (remerciements à Eric Soyer)
vidéo Gaëtan Besnard
lumière Jean-Gabriel Valot et David Baudenon
création sonore Laurent Perrier
administration Mathieu Pathé
régisseur plateau et son Romain Crivellari
costumes Nathalie Saulnier
masques, perruques et maquillages Catherine Saint-Sever
administration Mathieu Pathé
avec Nicolas Avinée, Victoire Du Bois, Dalila Khatir ou Pascale Valenta, Laurence Mayor, Anthony Paliotti, Fred Ulysse

production

production Le Bureau de l’intervalle | coproduction l’Avant Seine / Théâtre de Colombes, La Scène Nationale de Saint Quentin-en-Yvelines | avec le soutien en résidence du Volcan / Scène Nationale du Havre, Le Monfort / Paris, La Gaîté Lyrique / Paris | avec l’aide à la production d’ARCADI, de la SPEDIDAM et la participation artistique du Jeune Théâtre National | coréalisation Le Monfort / Paris | remerciements à La Compagnie Louis Brouillard et au Théâtre National de Chaillot

retour à la liste