cirque • création

LE GROS SABORDAGE

9 > 25 mai 2019

La Mondiale générale

Avec Le Théâtre de la Ville - Paris

Des bastaings, un hula hoop géant, cinq acrobates et une bonne dose d’obstination. Dans cette fable ironique, la compagnie La Mondiale générale défie les lois de l’équilibre avec un entêtement jubilatoire. Ils évoluent dans un espace mouvant : les obstacles sont volontairement nombreux, le risque est calculé pour être déraisonnable. Le gros sabordage est une fable sans drame, sans catastrophe ni cynisme.
Cette compagnie, a quelques sujets d’élection : la prise de risque, l’auto-destruction et… la chute ! Ici, on le voit bien, tout va être question d’équilibre : en avoir ou pas… Leur agrès, de simples blocs de bois (les « bastaings »), deviennent totems fragiles ou piliers destinés à nous faire traverser une mer imaginaire. Et leur hula hoop version XXL menace à chaque instant de finir par terre. Qu’importe, l’essentiel est d’essayer, encore et toujours. N’est-ce pas la fatalité de la vie humaine que de s’entêter à y croire ?
Le gros sabordage, c’est aussi beaucoup d’humour !

 

 

BIOGRAPHIE

La Mondiale Générale est née en novembre 2012 sur l’impulsion de trois individus. Un technicien: Timothé Van Der Steen, un artiste: Alexandre Denis, une administratrice: Pernette Bénard. Il semblait naturel que ces 3 savoir-faire complémentaires soit réunis et que chacun ait sa place dans la direction de cette structure, qui aura pour but premier d’abriter la création, production et diffusion de leurs spectacles. Alexandre DENIS et Timothé Van Der Steen se connaissent, se côtoient et travaillent ensemble depuis 15 ans. Ils travaillent sur les différents rapports physiques et émotionnels liés à l’équilibre.

Leurs créations s’articulent autour du cirque d’abord, mais aussi de manière transversale autour des arts plastiques, du théâtre acrobatique, de la création sonore… Depuis 2012, ils ont créé et diffusé le projet Braquemard qui se compose de 3 spectacles : un numéro : l’Escalier (créé en juillet 2012), une forme courte : Braquemard #1 (créée en Février 2013), et une forme longue : Le Braquemard du pendu (créée en janvier 2014). Deux nouvelles formes sont en construction pour 2017.

Depuis l’automne 2015, ils imaginent aussi des performances/ installations pour des galeries et centres d’arts (Magasin de jouets à Arles, Palais de Tokyo à Paris).

distribution

conception Alexandre Denis et Timothé Van Der Steen
avec Frédéric Arsenault, Alexandre Denis, Sylvain Julien, Marie Jolet, Timothé Van Der Steen
création sonore Julien Vadet
création costumes Natacha Costechareire
création lumières Christophe Bruyas
oeil extérieur Manuel Mazaudier
iconographie Martial Gerez
production / diffusion Mélanie VADET

production

Production : La Mondiale générale. / Coproduction : Théâtre d’Arles, scène conventionnée d’intérêt national, art et création et pôle régional de développement culturel – Archaos, pôle national des arts du cirque méditerranée – La Passerelle, scène nationale de Gap – Circa, pole national des arts du cirque-Auch-Gers-Occitanie – Pôle arts de la scène, Friche la Belle de Mai – Plateforme 2, pôles cirque en Normandie- Cirque Théâtre d’Elbeuf et la Brèche, Cherbourg – Les 3T, scène conventionnée de Châtellerault, Théâtre de Jade. / Avec le soutien de Théâtre Massalia, scène conventionnée pour la création jeune public/ tout public – Citron Jaune, centre national des arts de la rue et de l’Espace Public. Port-St-Louis du Rhône – Pôle Jeune Public, scène conventionnée – Cie Attention Fragile école Fragile – Karwan. & aussi / Le spectacle a reçu l’aide du conseil régional Provence-Alpes-Côted’Azur, la DRAC Provence-Alpes-Côte-D’azur, la DGCA, le conseil départemental des Bouches-du-Rhône. Coréalisation Théâtre de la Ville-Paris – Le Monfort. / Photos © Hervé Tartarin

retour à la liste