concert • musique

JOUE À TOM WAITS

30 nov.

L’Orchestre d’Hommes-Orchestres

Musique au Monfort

Armé du répertoire riche en couleurs de Tom Waits, L’orchestre d’hommes-orchestres vous propose un événement digne d’un spectacle de foire ou d’un cirque musical. Ce groupe se joue des compositions de Waits, icône de la chanson nord-américaine, en utilisant un florilège d’objets tirés de la vie quotidienne et d’instruments inventés qu’ils martèlent et caressent au coeur de tableaux vivants déraillés.
Explorant l’univers de Waits comme on revisite un classique au théâtre, les six multi-instrumentistes jouent l’un devant l’autre, l’un par-dessus l’autre, s’échangent les instruments et les voix, se mettent les doigts entre les cordes, les bâtons dans les roues.

 

LA PRESSE EN PARLE

Bac d’eau, spaghettis, caisses de bois : en fait, tout ce que vous pouvez imaginer se transforme en instruments de musique dans cette foire bien calibrée. Si l’univers sonore est envoûtant, la présence scénique défrise : sympathique phénomène de cirque, LODHO livre une prestation à mi-chemin entre la performance et le numéro de slapstick, où chaque dérèglement se fait prétexte à la fête.

Voir, Québec (2008)

 

 

BIOGRAPHIE

L’Orchestre d’Hommes-Orchestres (LODHO) est un collectif d’artistes musiciens indisciplinés (musique, théâtre, performance, danse, arts urbains, etc.) qui s’est formé à Québec en 2001. Symbolisé par le personnage de l’homme-orchestre (sorte d’homme à tout faire sans talent particulier sauf celui de pouvoir tout faire en même temps… un peu), le travail de LODHO repose sur la transversalité. Toujours un peu «hors-case», ses membres ne réfléchissent pas en termes disciplinaires, mais s’intéressent plutôt à la mise en relation constante des compétences et aux objets artistiques qui en résultent.

L’accumulation des actions scénique suffit à tisser un fil dramatique et à inventer une virtuosité plus englobante que pointue. En s’approchant ainsi du bricolage, le collectif s’éloigne de l’uniformité et de la standardisation. Il propose son art comme un plaidoyer en faveur de la débrouillardise et de l’intelligence et appelle à une réconciliation espérée entre art actuel et culture populaire.

distribution

voix, homme-orchestre, guitare, valise, spaghetti, violon Bruno Bouchard
voix, guitare, banjo, mégaphone, bottes Jasmin Cloutier
voix, harmonica, scie musicale, ciseaux, gants de boxe Simon Drouin
voix, basse électrique, marteaux, landau Simon Elmaleh
voix, théières, mouchoirs Gabrielle Bouthillier, Danya Ortmann

production

Une production de L’orchestre d’hommes-orchestres (Québec) / Avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec / Photo @ Guillaume D Cyr

retour à la liste